PETAL

Programme d’Education Thérapeutique visant à l’amélioration de la qualité de vie des Aidants et des patients Laryngectomisés

Laryngectomie : conséquences anatomiques, fonctionnelles et psychosociales

 

Les conséquences anatomiques et fonctionnelles :

 

Les trois fonctions du larynx, qui sont la respiration, la déglutition, et la phonation vont être directement impacté par la chirurgie. L’impact principal de cette dernière est une séparation définitive des voies digestives et respiratoires : il n’existe plus de carrefour aéro-digestif.

 

Les voies aéro-digestives avant laryngectomie :

Les voies aéro-digestives après laryngectomie :

 

La respiration est la fonction principale du larynx. Après laryngectomie totale, la trachée est directement abouchée à la peau, au niveau du trachéostome. La respiration se fait donc directement par cet orifice.

 

La respiration physiologique :

La respiration après laryngectomie totale :

 

Après l’intervention, la cavité orale et les fosses nasales ne communiquent plus qu’avec le néo- pharynx. Il n’existe donc aucun risque de fausse route. La déglutition est conservée, grâce à la propulsion par la base de langue et aux muscles constricteurs du pharynx.

 

La déglutition physiologique :

La déglutition après laryngectomie totale :

Enfin, la phonation physiologique, par vibration des cordes vocales, est définitivement perdue. De nouvelles techniques de phonation seront apprises aux patients lors de séance d’orthophonie. En présence d’une prothèse phonatoire, la rééducation orthophonique aura pour objectif de développer une voix trachéo-oesophagienne (VTO). En l’absence de cette prothèse, c’est l’utilisation de la voix oro-oesophagienne (VOO) qui sera apprise au patient.

Phonation physiologique :

 

Voix oro-oesophagienne :

Voix trachéo-oesophagienne (prothèse phonatoire) :

 

 

Les conséquences psychosociales 

 

Les séquelles apparentes de la chirurgie sont également importantes, avec un impact psychologique majeur. La présence du trachéostome en zone apparente, au milieu du cou, ajouté à la modification importante de la voix, sont deux facteurs venant perturber profondément l’image de soi, et compromettre les capacités de communication et d’adaptation du patient.

 

Ainsi, la vie du patient va être altéré sous différents aspects. Avant tout, l’image et l’estime de soi vont être profondément modifié. Ceci peut avoir un effet majeur sur l’humeur du patient et parfois être à l’origine d’un syndrome dépressif. Ensuite, dans la sphère publique, le patient peut ressentir un manque de confiance en soi, et tomber dans le repli. Dans la sphère intime et privée, la perte de la voix, et la présence du trachéostome peuvent aussi être à l’origine d’un manque de communication. Par ailleurs, l’impact et les séquelles de la chirurgie ne se limitent pas au patient, mais viennent également toucher l’entourage de ce dernier, dans leur quotidien.

 

Il semble donc essentiel que le patient puisse bénéficier d’un suivi psychologique, afin d’affronter ces difficultés, améliorer son vécu de la maladie, et sa qualité de vie.